Achat Immobilier Primo-Accédants : le Guide du Premier Achat

S'informer avant l'achat

Achat immobilier primo-accédants : le guide du premier achat

Être propriétaire d’un bien immobilier est le rêve de bon nombre de Français. Grâce aux taux d’intérêt souvent attrayants proposés par les banques, la perspective de pouvoir investir dans une maison ou un appartement est de plus en plus accessible. Pourtant, malgré ces conditions favorables, se lancer dans un tel projet n’est pas toujours simple. Sans aucune expérience dans ce domaine, on se retrouve vite dépassé par toutes les démarches administratives à effectuer. L’achat immobilier des primo-accédants doit donc être le plus rassurant possible. Notre guide du premier achat devrait vous aider à y voir plus clair et vous accompagner dans la préparation de cette aventure d’une vie.

deux jeunes entourés par des cartons qui regardent en l'air

SOMMAIRE

  1. Quels sont les critères recherchés pour le bien de vos rêves ?
  2. Quelles sont les aides financières disponibles à l’achat immobilier primo-accédants ?
  3. Quel est votre budget et quelles sont les dépenses additionnelles à prévoir ? 
  4. Comment obtenir un prêt immobilier auprès de votre banque pour l’achat de votre première maison ou premier appartement ?
  5. Devez-vous faire appel à un professionnel de l’immobilier en tant que primo-accédant ? 
  6. Avez-vous pensé à la revente de votre bien ?

 

Quels sont les critères recherchés pour le bien de vos rêves ?

En tant que primo-accédant sur le point de réaliser un premier achat immobilier, il est important de se questionner sur ses envies et ses besoins en ce qui concerne le bien en lui-même. 

Préférez-vous investir dans le neuf ou dans l’ancien ? Souhaitez-vous une maison, un appartement ou un terrain sur lequel construire le bien idéal ? Désirez-vous vivre au centre-ville ou en périphérie ? Selon vos réponses, le budget à allouer à votre projet sera sensiblement différent. En effet, les prix, tout comme les caractéristiques des ouvrages, fluctuent en fonction des villes, mais aussi des quartiers.

Pour le reste, prenez le temps de bien définir la surface recherchée, le nombre de pièces minimum, la possibilité ou non pour vous d’effectuer des travaux, etc. Pensez également aux alentours, au voisinage, à la distance avec votre bureau et aux infrastructures attendues dans le secteur.

Quelles sont les aides financières disponibles à l’achat immobilier pour les primo-accédants ?

En tant que primo-accédant, vous pouvez bénéficier de certaines aides financières pour votre premier achat immobilier. Pour rappel, vous êtes considéré comme primo-accédant dès lors que l’achat concerne uniquement votre résidence principale et qu’aucune des personnes qui investissent n’a pas été propriétaire au cours des deux dernières années.

Si vous remplissez ces deux modalités, alors vous pouvez vous orienter vers les solutions mises en place par les banques et le gouvernement. Il existe notamment :

  • Le prêt à taux zéro, appelé « PTZ » dans le milieu. Ce dispositif exonère l’emprunteur de la totalité ou d’une partie des intérêts bancaires et des frais de dossier ;
  • Le prêt conventionné, qui permet de financer la construction et l’achat de votre résidence principale, sans condition de ressources ;
  • Le prêt d’accession sociale, ou « PAS », réservé aux foyers dont le revenu ne dépasse pas un certain plafond ;
  • Le prêt action logement pour les salariés des entreprises qui recensent plus de 20 personnes ;
  • La réduction de TVA, qui passe de 20 à 5,5 % pour les habitations neuves en zone ANRU (zone d’aménagement et de rénovation urbaine) et en zone QPV (Quartier Prioritaires de la politique de la Ville).

 

Quel est votre budget et quelles sont les dépenses additionnelles à prévoir ?  

Une erreur récurrente commise par les primo-accédants est de ne pas évaluer leur budget correctement. Dans le cadre d’un projet immobilier, bon nombre d’acheteurs se focalisent uniquement sur le prix de vente affiché du bien. Or, il existe des dépenses annexes à ajouter afin d’éviter les mauvaises surprises. 

Prenez donc en compte l’ensemble des frais qui seront liés à votre achat lors du calcul de votre capacité d’emprunt :

  • Les frais inhérents au crédit immobilier : garantie, frais bancaires, assurances…
  • Les frais d’agence ou du courtier si vous faites appel à un professionnel pour la recherche de votre bien ;
  • Les frais de notaire ;
  • Les charges pour votre déménagement ;
  • Les frais de copropriété éventuels ;
  • La taxe foncière.

Comment obtenir un prêt immobilier auprès de votre banque pour l’achat de votre première maison ou premier appartement ? 

Si vous faites partie des 60 % de Français qui contractent un crédit immobilier afin de financer leur première résidence, pensez à fournir à votre banque un dossier solide. Ce dernier devra convaincre les organismes de vous accorder un financement. Plus il est complet et présenté avec sérieux, plus vous augmentez vos chances que ces établissements vous fassent confiance.

Ce dossier permet de prouver votre capacité financière à rembourser votre prêt sur la durée que vous aurez choisie (généralement 20 ou 25 ans). Souvent, il comprend votre pièce d’identité, un justificatif de domicile, votre contrat de travail et vos bulletins de salaire, vos avis d’imposition, vos relevés de compte ou encore le compromis de vente. 

Soyez le plus transparent et précis possible afin que le banquier puisse apprécier au mieux votre situation.

Devez-vous faire appel à un professionnel de l’immobilier en tant que primo-accédant ?

Réaliser un achat immobilier en tant que primo-accédant comporte toujours des risques. Vous pouvez vous tromper sur le bien en lui-même, ou ne pas faire les bons choix en matière de financement. Parallèlement, c’est aussi un projet qui demande beaucoup de temps et d’investissement

Avoir recours à un spécialiste de l’immobilier afin qu’il vous accompagne et que vous puissiez profiter de son expertise est donc vivement recommandé. Agent immobilier, courtier, promoteur ou même notaire, il pourra vous conseiller, vous donner son avis ou vous épauler dans les nombreuses démarches à effectuer. Autre avantage : vous serez libre de lui poser toutes vos questions et pourrez alors faire un investissement éclairé.  

Avez-vous pensé à la revente de votre bien ?

Cela paraît contradictoire de songer à la revente du premier logement qu’on est sur le point d’acquérir, mais c’est pourtant un élément essentiel. En effet, le primo-accédant est souvent amené à se séparer de son habitation : pour acheter plus grand, pour cause de déménagement, pour passer d’un appartement à une maison, etc. 

Aussi, il est important de penser à la possibilité d’une éventuelle revente dès le départ. Pour cela, dans l’idéal, orientez vos recherches vers des localisations appréciées et des biens aux avantages multiples (jardin, luminosité, espace, proximité avec les infrastructures, etc.).

Les questions fréquentes sur l'achat primo-accédant

L’apport, compris entre 5 et 10 % du montant de l’emprunt, n’est pas obligatoire, mais vivement recommandé. Il prouve à votre banquier votre capacité à épargner et de ce fait, la parfaite gestion de votre compte.

La période idéale pour réaliser un achat immobilier en tant que primo-accédant n’existe pas. Tout dépend de vos souhaits, des offres d’achat disponibles sur le marché et des taux appliqués. Dès lors qu’une bonne occasion se présente et que vous avez une situation financière stable, vous pouvez vous lancer.

Que vous soyez primo-accédant ou non, dans l’immobilier, la négociation fait partie du jeu. Néanmoins, c’est une étape délicate, d’où l’importance de se faire accompagner par des professionnels pour qu’ils émettent des arguments irréfutables au vendeur.

Le compromis de vente se matérialise dès lors que l’acheteur et le vendeur se mettent d’accord sur la vente du bien pour un prix défini. Concrètement, il fait son apparition dès que votre offre d’achat est acceptée. L’idéal est de le signer en présence d’un notaire.